11/09/2018 – Théâtre – Faire confiance à nos archéologues

Crédits photos : Pierre Vachaudez

Faire confiance à nos archéologues

DE QUOI ÇA PARLE?
« Faire Confiance à Nos Archéologues » gravite autour de l’histoire fantasmée de l’acteur américain Bill Murray, aimé de tous pour son charisme, son élégance et sa sympathie. (Car nous sommes tous d’accord, tout le monde aime Bill Murray.) Mais il se trouve que Monsieur Bill est en train de se noyer dans une forme d’imposture, bien éloignée de l’image parfaite qui lui est généralement attribuée. Il est certes riche et admiré, mais cependant malheureux.  Il se sent seul et incapable de rassembler de façon cohérente les fragments de son identité.

Alors que le suicide lui paraît la seule option envisageable, il se lance désespérément dans une expérience absurde en rassemblant des inconnus dans sa maison. Il entend essayer d’enfin se retrouver dans le reflet que lui renvoient ses innocents cobayes.

QUE VEUT ON DIRE?
Cette histoire sert de prétexte à une petite expérience théâtrale : nous désirions nous interroger sur l’image que nous avons de nous-même le décalage qu’il existe parfois avec ce que les autres en reçoivent. C’est une question simple, fondamentale, qui a toujours intéressé les êtres humains de toutes époques, particulièrement au théâtre. En découle une autre question : comment un individu est profondément transformé par la traversée d’une expérience commune?  Comment existons-nous sans les autres ? Est-ce pour mieux exister que nous nous rassemblons partout, y compris au théâtre ? Le spectacle commence par la prise de parole d’un homme seul. Quand, plus tard, il est rejoint par un groupe d’inconnus, cette parole éclate, reflet de la multiplicité des points de vue sur l’expérience vécue.

Petit à petit, la parole s’efface pour laisser place à un travail physique choral qui laisse entrevoir la force démultipliée que nous pouvons avoir quand nous sommes véritablement ensemble. Ce travail corporel est accompagné par la musique jouée en live par le guitariste Emil Stangele, entre composition et improvisation.
Les costumes occupent également un rôle prépondérant dans le projet. Détournés, ils deviennent autonomes, comme une matière avec laquelle les comédiens peuvent jouer, se perdre et se travestir sans cesse jusqu’à l’étouffement.

 La cie Junior s’est créée presque par hasard, dans un désir de rencontre entre des étudiants de différentes écoles artistiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles : l’IAD, l’INSAS, ainsi que les conservatoires de Mons et de Bruxelles.

« Faire Confiance à Nos Archéologues » est le résultat de cette confrontation. Manoel Dupont a joué le rôle du chef d’orchestre pour créer une symphonie de groupe, où les acteurs se sont mélangés aux personnages, où la réalité des timidités, des joies, des instincts grégaires comme des résistances individuelles ont tracé les lignes de force d’un spectacle hybride et moderne.

Quel théâtre voulons-nous désormais? Comment dépasser les clichés dépassés de ce qu’on appelle le « théâtre contemporain »? Comment être véritablement contemporain? Et avant tout, dans le partage? Voilà les défis que nous tâchons de relever avec fougue et acharnement.

Ce qui devait, à la base, n’être qu’un one-shot, s’est transformé, au vu de l’enthousiasme rencontré lors du festival étudiant Courants d’Airs à Bruxelles, en un projet de long terme. Après avoir foulé les planches du théâtre Jardin Passion à Namur, ceux qu’on appelle affectueusement « les Archéologues » rencontreront le public de Sélange le 11 septembre, avant de se pencher sur leur deuxième création collective.

Distribution

Mise en scène : Manoel Dupont

Assistanat : Arthur Trigaux et Quentin Chaveriat

Avec : Melissa Diarra, Elisa Firouzfar, Léopold Terlinden, Quentin Chaveriat, Baptiste Leclère, Jérémy Lamblot, Habib Ben Tanfous et Cyriel Lucas.

Costumes : Mégane Danton

Musique : Emil Stangele

Régie : Nicolas Ghion

Quentin Chaveriat, le régional de l’étape

Diplômé du Conservatoire de Mons depuis un peu plus d’un an, Quentin représente aussi la Province du Luxembourg au sein de la cie Junior. Quentin est comédien, mais aussi danseur butô, activité pour laquelle il a voyagé bien au-delà de nos frontières, se produisant en France, aux Pays-Bas, au Japon et au Vietnam. Il collabore dorénavant avec plusieurs compagnies bruxelloises et sera, plus proche de nous, l' »enfant prodigue » pour Jacques Herbet lors d’une lecture du nouveau texte théâtral d’Armel Job au Centre Culturel de Bastogne en janvier prochain.

Infos pratiques

Quand? 11/09/2018 – 20h

Où? Salle l’Alliance à Sélange

Combien? GRATUIT

Evénement Facebook